QU’EST-CE QUE LA LOI DU TEMPS ?

 

T (E) = ART

La Loi du Temps (Energie facteur Temps égale Art) explique pourquoi la nature n’est qu’harmonie et pourquoi tous les couchers de soleil sont beaux.


La Loi du Temps est une découverte fondamentale.
Quelle est cette découverte ? Le Temps est une fréquence !
Le Temps n’est ni linéaire ni circulaire, c’est la fréquence de la synchronicité. La synchronicité est la véritable mesure du Temps et non pas la durée, l’accélération ou le progrès linéaire.
Nous devons chercher ce qui augmente la synchronicité si nous voulons évoluer vers un nouveau temps.


Au travers de l’analyse du Temps en tant que fréquence, nous nous rendons compte que le concept standard actuel du temps inhibe et cache la synchronicité. L’actuel standard de mesure se définit comme la fréquence 12 :60 (12 mois du calendrier Grégorien et 60 minutes de la montre mécanique). La mesure inégale des mois grégoriens rend le calcul des dates quasi impossible. Combinée à la précision inhumaine de l’horloge mécanique, cela nous donne un concept de temps linéaire et incohérent, irrationnel et artificiel. Cette conception du temps profondément enracinée dans la culture moderne dominante donne pour résultat un processus d’accélération constante.
Cette accélération de croissance de population et de mécanisation est en train de détruire notre biosphère sans offrir de réelles valeurs à nos vies. Or la vie et la conscience s’enrichissent et ne se développent que dans la synchronicité et l’harmonie. Dans le temps naturel, les normes sont la synchronicité et l’harmonie.


Pour éviter la destruction de la biosphère et l’augmentation de vitesse incessante de l’activité humaine, la Fondation pour la Loi du Temps lance une Campagne pour le Nouveau Temps.
La campagne veut que l’on revienne aux lois de la nature, et par là à un calendrier qui nous re-synchronise.


Le calendrier des treize lunes est un standard harmonique parfait et perpétuel dans lequel la corrélation des jours et des dates est une constante. Ce calendrier est universel, il a été bien des fois utilisé par l’humanité et par des peuples qui ont toujours coexisté avec la nature (Mayas, Egyptiens, Celtes, Aborigènes…). Depuis le siècle dernier, plusieurs tentatives de réforme du calendrier avaient suggéré le retour au calendrier constant et logique des treize lunes. C’est Auguste Compte qui, en 1849, fit la première proposition à ce sujet avec le modèle polynésien.
L’harmonie de l’esprit humain et la prise de conscience que ce changement peut apporter sont inestimables.

 

NATURE DU TEMPS


Le temps est l’atmosphère de notre mental, c’est la quatrième dimension
.
Faire l’expérience de la quatrième dimension c’est vivre dans le « Ici et Maintenant ». C’est la porte qui ouvre sur une perception différente de la réalité, sur une autre dimension de l’être qui ne peut être perçue que par l’esprit et non par les sens. Le plan physique, la troisième dimension, est perçue par les sens et ne peut être transcendée que par l’esprit ; se connecter avec la fréquence naturelle du Temps, c’est s’ouvrir à la multi-dimensionnalité.


Le Temps est mental.
Vivre l’« Ici et Maintenant », c’est connaître le « non-temps ».
Entrer dans le « non-temps », c’est s’unir à l’harmonie de l’Entier, se sentir intégré à l’Univers et à la totalité de la nature. C’est l’expérience vécue par de nombreux mystiques mais aussi, de façon ponctuelle, par chacun d’entre nous : un état d’expansion et de connexion avec la nature, une rencontre avec le Un.


C’est à partir de sa vision du temps que l’esprit crée sa réalité physique et émotionnelle. Ainsi la fréquence du temps dans laquelle nous vivons irradie nos vies en tant qu’individus, espèce humaine et communautés, et détermine notre évolution.


Quelle est la vision du temps que nous impose le calendrier grégorien ? Un «temps» linéaire (que l’on peut inscrire sur une ligne droite avec à gauche le passé, au centre le présent et à droite le futur). Un «temps» qui séquence l’année en 12 mois de durées inégales et qui nous maintient donc hors de l’harmonie de la Terre et du cosmos. Un «temps» monnayable : ne va-t-on pas jusqu’à dire que «le temps c'est de l'argent» ? Un «temps» que l’on découpe dans le cercle de 360° de nos montres alors que les degrés mesurent l’espace (la troisième dimension) et qu’un objet céleste en rotation autour d’un autre ne trace pas un cercle mais une ellipse.


Pour les Mayas, le temps n'a aucune réalité fondamentale. Il peut être conceptualisé comme un modèle d'interférence holographique (cf holon) qui se tisse dans les circuits du système nerveux du corps. Ce modèle est alors projeté ou superposé à l'éternité du nouveau moment, créant l'illusion apparente d'un temps séquentiel linéaire. En intégrant correctement les différents circuits du système nerveux, on peut apprendre à arrêter la projection continuelle de l'illusion d'un temps linéaire du moment présent et se réveiller au présent éternel qui est Ici et Maintenant. C’est le but de la méditation.


Pour aider à comprendre cette information, il existe des instruments comme le synchronomètre des treize lunes, l’enchantement du rêve et le télektonon.

 

Page suivante->